Serialtesting

Serialtesting

Honda CB 1000 R édition 2010


Lors de mon tout premier test de la Street Triple, j'avais plaisanté sur l'éventualité d'essayer la monture de Didier, alors que j'allais seulement toucher pour la première fois de ma vie un 100Cv...
Seulement voilà, cette blague lui est revenue aux oreilles, et c'est entre deux éclaircies qu'il m'a proposé une petite ballade sur son streetfighter made in Honda.
Comment aurais je pu résister?


Honda CB 1000 R édition 2010





 

 

Un peu d'histoire:

A l'origine, Honda (et la quasi totalité des nippons) ne produisait que du mono et bicylindre et au catalogue de 1969 figuraient quelques 125 vieillottes, les populaires CB 250 et 350 et le fer de lance, la CB 450.


En effet le quatre cylindre était alors réservé à la compétition, et il concourra sous la bannière Honda dans le cadre d'un 250cc3 à partir de 1959 avec la 250 RC 160.


C'est pourtant sans compter l'annonce d'un projet auquel peu de gens veulent croire à l'époque : une 750 quatre cylindre!



 

La CB 750!

 

Présentée au salon de Tokyo en novembre 1968, elle arrive en France courant mars 1969 et bouscule littéralement le marché motocycliste en proposant l'unique quatre cylindres en ligne grosse cylindrée de série!!

La concurrence, constituée des Triumph T150, BSA 650, Laverda 750S, Ducati 350, Suzuki T 500, Kawasaki 500 H1, BMW 600 et autre Norton commando 750, toutes des Twins 2 temps ou 4 temps, aura fort à faire face à la nouvelle venue, acclamée par la presse spécialisée de l'époque: "Moto Revue" n°1924 du 22 Mars 1969 "La Honda 4 à Paris" qui la décrit comme la japonaise dont on rêvait et le magazine "Champion" de Juin/Juillet 1968 qui lui consacre pas moins de 6 pages dans ses colonnes!!!

La petite four n'aura alors de cesse d'évoluer, et restera au catalogue pendant plus de 10ans sous la forme de 15 versions: de K0 à K8, puis de F0 à F3 ainsi que d'une boite automatique A0 à A2.


Elle sera commercialisée jusqu'en 1981, lentement mais surement remplacée par la CB 900 F.


 

La "remplaçante" CB900F

 

 

En 92, honda relance la CB 750 sous l'appellation CB 750 Seven Fifty jusqu'en 2003, côtoyant ainsi sa descendance la CB 600 F "hornet" (apparue en 1998) pendant 5ans et la CB 900 F pendant 9ans.


2008 sonnera pourtant le glas de la 900, jugée trop timide face à la concurrence et lancera la commercialisation d'un projet révolutionnaire pour Honda: la CB 1000 R!

 

 



 

Le mythe CB

 

 


Apparue au catalogue 2008 d'Honda, la "petite" CB 1000 R est l'ultimatum lancé aux Z1000, K1200R et FZ1 en tout genre.


Dessinée dans un style agressif et tranchant jusqu'alors inconnu aux standards du constructeur, le roadster présente une carrure imposante et ramassée, portée sur l'avant de la moto, lui conférant une impression de puissance et de vitesse.

Ainsi, elle présente un réservoir aux flancs galbés, des écopes de réservoir taillées au rasoir, un phare triangulaire souligné par une bulle de diodes, une large selle accueillante, des jantes à 4 branches reliée pour l'arrière à un monobras oscillant en alu, d'un cadre en alu moulé et d'une fourche inversée entièrement réglable.

Pour 2010, la belle se voit dotée d'une robe rouge sang qui lui va à ravir!



 

Reste à préciser qu'elle possède deux disques de freins flottants et d'étriers radiaux à 4 pistons, et vous avez un carton plein pour une sportive!

Par ailleurs, cette sensation est largement alimentée par le moteur, puisqu'il s'agit du non moins célèbre moulin de la  CBR1000RR Fireblade de 2007, retravaillé pour fournir plus de couple et de puissance à bas et moyen régime que la CBF 1000 pour comparaison!


Autant dire qu'il y a des watts sous la poignée, 130cv à 10 000trs pour un poids de 217kg tout pleins faits hors de nos contrées, vous voila prévenus!


Seuls le passage de roue et le pot n'ont pas remporté les suffrages des acquéreurs qui ont pour la plupart changé un des deux, voir les deux!

 



 

 

 

 

Dans la cour des grands



Retour à notre ballade où je prends place après le temps de chauffe sur une selle moelleuse, aux antipodes des sportives!
Malgré ses gènes, Honda n'a pas fait l'impasse sur le confort de conduite.

Ainsi, la position de conduite bien qu'inclinée vers l'avant est correcte, l'appui sur les poignets est minime grâce à un demi cintrage du guidon, les commandes répondent aux standards de la marque et le compteur entièrement digital est on ne peut plus complet, l'indicateur de rapport en moins.



 

La position des repose-pieds située en arrière oblige quelques peu à replier les jambes pour toucher le bout, mais ce "défaut" est gommé par un réservoir ne demandant qu'à être enserré par nos genoux.


Ce même "défaut" n'est pas ressenti par les plus grands, qui se sentent à l'aise, tant mieux pour eux!

Vriiiim, ah, la street démarre,suivons donc l'anglaise vers l'aéroport!





 

En route!

Au guidon de la machine, l'impression générale qui en ressort est sécurisante!


Certes, la CB est large et un peu dure de la direction, tout le poids étant indirectement transféré sur celle-ci, la suspension manque un peu de souplesse sur les pavés même si ce n'est pas tape-cul et les rétros nous offrent un gros plan des coudes, mais la moto s'en sort globalement bien.

A la ville, la douceur et la linéarité de son 4 cylindres rattrape les faiblesses de la machine même si elle ne les gomme pas totalement, et demande donc un peu plus d'attention de la part du conducteur.


Calé en seconde, celui-ci profite d'enrouler tranquillement pendant que les bras s'affairent afin d'atteindre le terrain de jeu, la portion de route la plus proche!
Car si la CB est plus exigeante à la ville, elle se révèle être un gros jouet sur route!


 

Que ce soit en ballade tranquille sur le dernier rapport, ou en mode missile sol-sol, elle peut tout faire!


Aucune vibration ne se fait sentir à son bord, la selle conserve ses qualités d'assise et le ronron du moteur nous berce tranquillement jusqu'à un lopin de route vide!

Devant, la street rempile deux rapports, s'ébroue et part!
Ho-ho, c'est le moment de voir ce que tu as dans le ventre cocotte!
Trois rapports en moins, la poignée dans le coin, la CB s'élance à son tour!


 

Exit la conduite économique sous les 5000trs, place au sport!


Passé 5500trs, on découvre une autre moto, encore plus charismatique et enjouée, plus on/off!
A ce stade on reçoit un petit coup de pied au cul, pour passer dans un tout autre mode de conduite, celui qui arrache les bras, avec cependant toujours la même régularité de montée en régime!


Dans les hauts tours, un timide frein moteur fait son apparition bien qu'il ne joue qu'un rôle figuratif, mais c'est déjà ça!

L'accroche des pneus est largement à la hauteur, le châssis est équilibré ce qu'il faut et le plaisir de prendre la courbe n'est entaché que par la direction qu'il faut accompagner, mais ça on le savait déjà...

Les freins sont plus que convaincants, puissants et mordent à en faire pleurer les disques; et sont d'une facilité de dosage ahurissante!

La moto est stable à tout type de vitesse, même quand la visière se rapproche du nez et le menton touche le réservoir!
Devant toujours, la Street ralentit et s'arrête à hauteur d'un rond point.

Ouverture des visières: "On a le choix soit on rentre par un village, soit on fait demi tour, comme t'as vu y a pas de danger, ça roule bien, qu'est ce que tu en dis?"
Moi, je dis GAZZZZZ!!





Bilan :


On aime                                               On aime pas
Patate passé 5500trs                                Direction lourde       
Linéarité du bloc                                    Jambes repliées 
Tenue de route et l'accroche du pneu          Vue sur les coudes dans rétros
Freinage au poil                                                               
Moto valorisante                                                             

 

 

 

 

Merci à Didier pour le prêt de sa CB 1000 R et la "ballade" !



03/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres